En | Ar

Projets de Recherche

La Biomodulation de la production de l’Ochratoxine A (OTA) par des actinomycètes et mise en évidence de leur mode d’action

Description :

Tout d’abord, le criblage des bactéries isolées du sol Libanais et des extraits de plantes efficaces contre la production d’OTA chez A. westerdijkiae, A. ochraceus, A. carbonarius, P. verrucosum et P. nordicum, se fait par une approche microbiologique sur boîte de Pétri en choisissant 2 critères: croissance simultanée de 2 microorganismes et réduction de la production d’OTA. Pour s’approfondir dans le mécanisme d’inhibition, il faut faire des tests pour voir si cette inhibition est due juste à la présence des bactéries (inhibition directe) ou ce sont les métabolites qui agissent sur la production d’ochratoxine A (inhibition indirecte). Une recherche des métabolites secondaires secrétés par ces bactéries ainsi qu’une analyse des extraits végétaux seront effectuées par des outils chromatographiques (Flash-Chromatographie). Ensuite, pour comprendre le mode d’action de ces molécules bioactives, nous suivrons notamment l’expression de tous les gènes connus de la voie de biosynthèse de l’OTA (O’Callaghan et al., 2003; Karolewiez, and Geisen, 2005; O’Callaghan et al., 2006; Bacha et al., 2009, Gallo et al., 2009). Dans ce cas une analyse de l’expression de tous ces gènes connus comme étant impliqués directement dans la synthèse de cette toxine sera étudiée. Cette liste de gènes recense les gènes codant pour les enzymes, les transporteurs, les facteurs de régulation spécifique, les facteurs globaux du métabolisme secondaire (VeA et LaeA) les composés inhibant l’activité d’une des enzymes de la voie de biosynthèse de l’ochratoxine A, nous observerons l’accumulation d’un précurseur stable. Ceux-ci seront identifiés par chromatographie couplée à un détecteur à barrettes diode et à un spectromètre de masse. De même, une étude et une caractérisation des gènes de contrôle et de régulation impliqués dans la voie de biosynthèse de l’ochratoxine A seront réalisées. Ces deux étapes seront complétées par une évaluation à échelle moléculaire des composés inhibiteurs agissant sur la modulation de production d’OTA. Enfin, une dernière partie portera sur l’application directe des molécules modulantes la production de l’OTA sur différentes denrées alimentaires inoculées avec des espèces fongiques ochratoxinogènes et évaluation de l’efficacité du traitement en étudiant le taux de production de l’OTA sans affecter la croissance fongique et sans abimer les propriétés organoleptiques de ces derniers.

Titulaire :
KHOURY André

Contact USJ :
andre.khoury@usj.edu.lb

Projet présenté au CR, le : 01/11/2017

Projet achevé auprès du CR : 01/11/2020